YOGA, COVID-19 et CANICULE : le bonheur... malgré tout.

Cet été, je donnais une mini-retraite de Hatha Yoga traditionnel au profit de l'Institut Vajra Yogini, dans le sud de la France. Les inscriptions ayant eu lieu en juin, suite aux dernières directives gouvernementales en rapport avec le Covid-19, nous nous sommes retrouvés avec une salle bien trop petite pour accueillir tous les participants. Pourtant, nous l'avons fait, et cela reste un merveilleux souvenir pour le groupe motivé que nous étions !


LA VRAIE GÉNÉROSITÉ




Pour la troisième année consécutive avait donc lieu notre fameux stage de Hatha Yoga au profit de l'Institut Vajra Yogini. L'Institut Vajra Yogini est un centre d'études du bouddhisme tibétain où Lamas, moines, nonnes et laïcs se retrouvent pour étudier les enseignements de Bouddha.


L'Institut vit et survit en grande partie grâce à ses bénévoles dévoués et aux donations des visiteurs et des étudiants. Comme vous pouvez vous en douter, ce n'est pas toujours chose aisée, loin de là !


Je fréquente l'Institut depuis 2008 et je m'y rends plusieurs fois par an. Comme tout le monde, je faisais une donation à chaque enseignement que je suivais, je payais mes repas ou mes nuits. Mais, lorsque l'Institut a fait un appel aux dons suite à des travaux conséquents à financer, je me suis senti redevable de tout ce que l'Institut nous offrait : payer son petit repas et son petit enseignement ne suffisait pas. C'est ainsi que notre premier stage de Hatha Yoga au profit de l'Institut a vu le jour voilà trois ans !



On pourrait se dire : "Ouah, c'est très généreux !" Euh, non, en fait... pas du tout !


Moi et mes proches profitons beaucoup de l'Institut, depuis plus de treize ans, du lieu - qui est exceptionnel - aussi bien que des enseignements. Et on y fait de merveilleuses rencontres ! L'Institut a toujours été un vrai soutien spirituel pour moi et les miens, y compris lors du confinement, où Guéshé Loden - que l'on peut considérer comme étant le "directeur spirituel" de l'Institut - a offert son enseignement et des conseils de pratique tous les soirs, en ligne, sans jamais faillir. Elle est là, la vraie générosité ! Et elle vient également de la direction et des bénévoles qui font tout au long de l'année, un travail titanesque, pas seulement deux jours et demi, comme ça, en été ! Ce sont eux qui font que l'Institut continue de vivre et de porter ceux qui le fréquentent ! Et croyez-moi, qu'ils soient à la cuisine, au ménage, à la réception, au jardinage, à la maintenance... ils sont impressionnants ! Ce sont de vrais karma yogis ! [Le Karma Yoga consiste à offrir son travail sans rien attendre en retour, c'est une branche importante du Yoga intégral, elle est pratiquée plusieurs fois par jour dans les ashrams et même dans certains centres de Yoga, mais ce sera très probablement le sujet d'un futur article...]





Bref, si vous voulez en savoir plus sur l'Institut Vajra Yogini, cliquez sur ce lien : www.instututvajrayogini.fr, et n'hésitez pas à faire un don, même la plus petite donation est la bienvenue ! Et peut-être nous y retrouverons-nous l'année prochaine ?



RESPECT DE LA LOI ET GOÛT DE L'EFFORT


Nous voilà la veille de notre stage. Alors que les règles concernant le coronavirus ne cessent de changer d'un jour à l'autre, je découvre que notre salle ne pourra pas accueillir tous les participants. En effet, si habituellement nous rentrons à trente, les règles de distanciation ne permettent d'accueillir plus de quatorze personnes.


Ok... les participants ont réservé des billets de train, d'avion, leur logement, ils viennent de la France entière, de la région parisienne, de Lyon et même de Bruxelles : impossible d'annuler leur venue.


L'Institut est spacieux mais si, en temps normal, les temples et les salles peuvent accueillir soixante-dix personnes, là aucune ne peut nous recevoir. Et à l'extérieur, pas le moindre coin d'ombre.


Ok... se recentrer... commencer par le début... Que dit vraiment la loi ? BINGO ! C'est ce permet de tout débloquer : connaître la loi et les règles officielles !



En gros : distanciation physique d'au moins deux mètres lors d'un effort physique collectif en milieu fermé, du gel hydroalcoolique en veux-tu en voilà, désinfection des tapis après chaque cours, fenêtres grandes ouvertes, port du masque lors des déplacements... J'imprime le document officiel et l'affiche à l'entrée.



Bon ! On va y arriver ! Sauf qu'on aura jamais deux mètres entre les tapis... F***K ! Je discute avec l'une des futures participantes et nous trouvons la seule solution envisageable : doubler le nombre de séances !



Lorsque j'enseignais à Paris, il m'est arrivé de donner jusqu'à sept cours par jour, de 7h30 à 18h30 avec quarante minutes pour déjeuner et en multipliant les trajets en scooter.


À la vaille du stage, l'été est caniculaire mais je ne crains pas la chaleur. Mais les élèves, eux, comment vont-ils le prendre ? Et si les nouveaux horaires ne leur conviennent pas alors qu'ils ont traversé la France pour être là ?


"Le Yoga, c'est la flexibilité, l'adaptabilité..." me dis-je. Oui mais, j'ai pu le constater, il y a des élèves Yogi qui n'en sont pas encore là. Pour certains d'entre eux les changements et les contraintes inattendues sont, pour l'instant, encore insurmontables, voire complètement submergeants.


Malgré tout, je décide de jouer cette carte. Car c'est là le vrai Yoga ! Le Yoga ce n'est pas simplement se mettre sur un tapis et faire des acrobaties, bien au contraire ! Les postures, la respiration, ça vient presque même en dernier. Au dessus de tout, la chose la plus importante, ce qu'il faut maîtriser absolument c'est...




L'ATTITUDE MENTALE



Alors, avant même de commencer le stage, je fais un petit briefing en toute transparence : pas assez de place pour recevoir tout le monde en même temps, il va faire une chaleur de fou, il faut malgré tout respecter les règles imposées par le gouvernement et donc modifier les horaires, réduire un peu la durée de chaque cours...


Puis j'annonce le nouveau thème de notre stage (qui au départ devait être "Hatha Yoga traditionnel - centrage, concentration et alignement") : "Flexibilité, adaptabilité, coordination".



Je définis les groupes tout en permettant aux élèves de permuter entre eux s'ils le désirent. Je m'assure aussi que tout le monde se sent à sa place et prêt à accepter ses "contraintes". Tous sont prêts à se lancer dans cette aventure avec l'attitude mentale appropriée : nous sommes tous plus motivés que jamais, enjoués, forts, battants... heureux d'être là !



Et c'est génial ! Le groupe est fantastique, participatif, intéressé, concentré et même joueur... Car oui, nous n'avons pas eu peur de nous lancer dans la Posture sur la Tête, comme un enfant apprend à marcher : en en faisant un jeu.



La chaleur est là, vraiment écrasante, mais nous ne nous plaignons pas ! Le deuxième jour, la fatigue arrive, les corps sont courbaturés mais chacun avance et progresse à son rythme dans une bonne humeur généralisée.


Lors des dernières quarante-huit heures, j'ai donné aux élèves toutes les clés et tous les enseignements nécessaires à la bonne pratique d'une séance de Hatha Yoga traditionnel issue de la tradition Sivananda.



Ainsi, le troisième jour, les élèves ont toutes les informations pour suivre le dernier cours sans se poser de questions. Ils peuvent se laisser guider tout en se concentrant à 100% sur la pratique. À ce moment-là, on n'apprend plus, non, on fait la chose la plus importante qui soit dans la Yoga : on pratique. Le covid-19, les contraintes, la canicule, les odeurs d'alcool et de javel n'existent plus, c'est le bonheur... tout simplement.




Je voudrais en profiter pour remercier l'Institut Vajra Yogini de me permettre d'apporter mon humble pierre à l'édifice. Merci aussi à tous les participants pour leur présence bienveillante et active et leur générosité.


On se retrouve l'année prochaine !


Je vous embrasse tous,


Sébastien "Ganesha" Cierco